Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Clefs de lecture #15 – Commentaires sur la Phénoménologie de l’Esprit de Hegel (partie D)

Animé par Mohamed Ridal, l’atelier Clefs de lecture a pour vocation de fournir une aide à ceux qui ont des difficultés à lire. L’objectif est de choisir une œuvre connotée « dissidence » et réputée ardue afin de l’étudier sur plusieurs séances. Le principe est d’aider à la compréhension de textes obscurs en donnant des clefs de compréhension afin de déverrouiller le texte.

Cette émission d’ERFM est produite en collaboration avec la section Île-de-France d’Égalité & Réconciliation.

 

Clefs de lecture #15 – Présentation

Nous étudions le troisième chapitre de la Phénoménologie de l’Esprit. Ce chapitre nous éclairera sur le rapport ambigu qu’entretient Hegel avec Kant.

 

Chapitrage :

- Quels sont les apports d’Emmanuel Kant à l’histoire de la pensée ?
- En quoi Hegel s’est-il distingué de Kant ?
- Aristocratie et Bourgeoisie sous l’Ancien Régime : compétition ou collaboration ?
- La structure de la Phénoménologie de l’Esprit

 

 

Pour écouter l’émission en podcast, rendez-vous sur le site d’ERFM !

 

En complément, lire cet extrait de l’ouvrage
Introduction à Michel Clouscard (disponible gratuitement ci-dessous)

 

A - La dialectique

 

Le terme dialectique vient du dialogue chez les Grecs. Elle consiste à trouver la vérité comme résultante de deux points de vue opposés. Ce terme a évolué pour qualifier une méthode d’analyse permettant de saisir le réel comme étant soumis à des contradictions qui le mettent en évolution permanente. Nous allons voir historiquement d’où vient la dialectique utilisée par les marxistes, son intérêt pour définir les catégories de pensée et leur évolution (par exemple pourquoi est ce qu’on parle de serf et seigneur puis de prolétaire et bourgeois) et pourquoi ne pas définir correctement les catégories de pensée est une stratégie de domination bourgeoise.

Une catégorie est un outil de compréhension du monde. Si on considère qu’une pensée se construit comme une maison, les catégories en sont les briques. Si je n’épure pas mon langage, je peux être un génie de la logique, j’arriverai à une pensée non fonctionnelle.

Ici nous présenterons ce qu’on appelle une catégorie, comment elles ont été définies historiquement et quelles ont été les incompréhensions et les erreurs, volontaires ou pas, à leur sujet.

 

1 - Kant (1724-1804) et la théorie de la connaissance : les catégories viennent du moi

Kant s’est posé la question du statut du réel et donc de notre capacité à connaitre ce réel. Il en est venu à la conclusion que les hommes ne pouvaient savoir de la réalité que ce qu’ils en percevaient. Je vois des couleurs et des formes qui constituent les signaux que la réalité m’envoie et non la réalité elle-même. Donc la réalité en elle-même est inconnaissable. Il indique que les hommes biaisent cette manifestation de la réalité en y mettant leurs catégories pour la comprendre comme « l’unité et la totalité » ou « la cause et l’effet ». Pour le dire d’une autre manière, il estime qu’il n’y a pas de raison de dire que « l’unité et la totalité » existent dans la réalité, c’est l’homme qui les y met. L’ homme ne trouve donc dans le réel que ce qu’il y met. Kant indiquait que ces catégories étaient anhistoriques (elles n’évoluent pas) et sont en nombre limités. La catégorie vient donc du sujet et non de l’objet. C’est l’idéalisme subjectif. On peut faire une remarque ici en notant que la théorie de la connaissance d’un philosophe est complètement solidaire de son ontologie (du statut qu’il accorde au réel).

La grande découverte de Kant est donc d’avoir compris que l’homme mettait du sien dans le réel, que lorsqu’il fait un jugement (une discrimination), ce dernier est subjectif. Or il prétend d’une part, que les catégories sont anhistoriques et d’autre part qu’on ne peut rien savoir du réel (ce qui est déjà un savoir sur le réel). C’est contre les deux « faiblesses » de cette théorie que Hegel édifiera son système philosophique.

 

2 - Hegel (1770-1831) fluidifie la pensée

Nous devons la définition moderne de la dialectique à Hegel. Il est le premier philosophe à avoir utilisé l’histoire et la dynamique du réel comme priorités ontologiques (c’est-à-dire comme postulat de base pour son analyse). Lorsque Kant cherche la vérité dans l’inamovible, Hegel dit qu’elle se saisit dans le changement permanent, dans la dialectique. Il fait un bond monumental dans l’histoire de la pensée. Alors que les hommes cherchaient la vérité absolue, que les philosophes se faisaient se confronter tous leurs systèmes, Hegel explique que tout le monde a raison historiquement.

Comme la vérité d’une fleur n’est ni d’être une graine, ni d’être une tige, ni d’être un bouton mais la succession de tout cela à la fois, il n’y a pas de système philosophique absolu sans considération historique. On ne peut pas dire que le VRAI système est celui de Platon ou celui de Spinoza, ou un autre. La vérité est dans l’évolution de tous ces systèmes. Et il faut les juger à l’aune de ce qu’ils ont apportés dans l’histoire de la pensée.

Par extension, il n’y a pas de catégories statiques mais des catégories dynamiques. Le réel est en constante évolution, si je veux le saisir, je ne dois pas prendre une photo mais faire un film. C’est pourquoi mes catégories doivent être dynamiques et non statiques. Contrairement à Kant, Hegel dit que la réalité est connaissable : « Tout ce qui est réel est rationnel et tout ce qui est rationnel est réel. » La connaissance consiste à saisir le réel par le concept (en allemand « saisir » et « concept » viennent du même mot).

La faiblesse de Hegel résultera dans son idéalisme. Il ne prend pas le monde tel qu’il est pour trouver sa dynamique interne mais accole le système dynamique formel qu’il a inventé (le syllogisme) au monde. Cela le mènera à de grosses contradictions où il fera succéder des intuitions géniales à côté d’impasses théoriques.

 

3 - Marx (1818-1883) remet Hegel sur pied

Karl Marx effectue un retournement dialectique de la pensée hégélienne, c’est la fameuse citation : Hegel a une dialectique « qui marche sur la tête ». Il considère qu’il faut bien observer le réel dans sa dynamique mais qu’il ne faut pas tomber dans le logicisme hégélien (qui consiste à faire une théorie de l’évolution du monde abstraite et à la plaquer au réel). Il faut prendre le réel tel qu’il est sans faire de formalisation. Le philosophe observe le monde afin de trouver sa dialectique interne, la tension (résultante de la contradiction) qui crée la dynamique interne d’une société (par exemple la tension entre prolétaires et bourgeois au XIXème siècle). Le monde est concret et doit être pris comme tel. C’est le matérialisme. Il y a priorité du réel devant la pensée.

Ainsi, pour Marx, les catégories sont une propriété du réel. Elles sont donc objectives. Ces catégories évoluent avec l’Histoire, elles sont « une forme de l’existence ». Il faut donc suivre les évolutions historiques pour faire évoluer les catégories de manière à rendre intelligible le réel. Nous précisons que même si ces catégories sont objectives, c’est l’homme qui les détermine. C’est un point fondamental de préciser qu’il y a identité partielle du sujet et de l’objet, de l’homme et du réel.

 

4- Les catégories dans la manipulation idéologique

La force du système de domination, c’est d’imposer à la population des catégories non fonctionnelles ou dépassées. Comme catégorie dépassée, on peut citer « le prolétaire » et le « bourgeois » tels qu’ils ont été définis par Marx au XIXème siècle et comme catégorie non fonctionnelle, on peut prendre pour exemple « la femme ». En utilisant ces fausses catégories, le système nous empêche de penser convenablement. Soit il utilise des catégories qu’il considère comme éternelles et donc ne subissant pas les évolutions historiques et donc économique (c’est le néo-kantisme) soit il utilise des catégories non fonctionnelles et entretenant une confusion entre l’être biologique et l’être social. L’exemple le plus frappant est d’utiliser « la femme » qui a une détermination biologique (on est une femme parce qu’on a des organes génitaux féminins) en lieu et place d’une détermination sociale (on devient prolétaire parce qu’on n’est pas propriétaire de ses moyens de productions). Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’interaction entre les deux. En effet, par exemple, certains métiers sont réservés aux hommes pour des considérations biologique (l’armée, la maçonnerie etc). Mais tout réduire à un être biologique est volontairement trompeur. C’est une des confusions ou des manipulations possibles que l’on peut établir sur les catégories.

La catégorie est la matière première de la pensée. Avant de faire des analyses du réel, il faut déjà se demander si les catégories utilisées sont judicieuses. Ainsi lorsque les dominants veulent prendre le pouvoir, ils imposent les catégories à utiliser au peuple. Certaines catégories sont fonctionnelles et permettent de « voir » le réel et d’autres permettent de le cacher. On remarque d’ailleurs qu’il y a des catégories plus ou moins interdites selon le pouvoir en place (essayez de faire des statistiques sur les juifs ou les homosexuels par exemple). On peut noter que les catégories les plus pertinentes sont celles dont la détermination revêt un caractère économique. Les statistiques ethniques sont intéressantes dans la mesure où l’opposition entre les ethnies est une opposition de classes. Parfois c’est l’appartenance ethnique qui détermine l’appartenance de classe. Par exemple : les « noirs » et les « blancs » en Afrique du Sud. On remarque que ces catégories sont déjà moins pertinentes en France.

Pour conclure, comme un bon ouvrier a de bons outils, un bon analyste doit avoir les bonnes catégories et surtout ne pas oublier que l’Histoire avance et qu’elles doivent être sans cesse revues et corrigées. La dialectique est donc la méthode permettant de définir correctement les catégories de pensées dans leur évolution (ou dans leur développement si l’on reprend la connotation hégelienne).

Nous verrons plus loin l’évolution des catégories du couple exploiteurs/exploités historiquement selon les modes de production.

 

Cadeau pour la rentrée !
Mohamed Ridal vous offre son livre
Introduction à Michel Clouscard – Comprendre le libéralisme libertaire
en PDF !

Cliquez sur l’image pour télécharger l’ouvrage

 

Clefs de lecture, sur ERFM :

 






Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #3036180

    Ah ! Super merci. Je vais essayer de m’écouter ca dans les transports en commun cette semaine !

     

    Répondre à ce message

  • L’ Allemagne a produit des génies philosophiques comme Kant et Hegel, c’est incontestable mais la France a aussi donné au monde Pascal et Descartes, ce qui n’est pas tout à fait rien, il faut bien en convenir, sans parler de Lavoisier, génie absolu de la chimie, guillotiné au prétexte que la république n’avait pas besoin de savants..
    Tout ça pour dire que la France a payé un lourd tribut au génie scientifique mondial et qu’elle ne mérite pas de se faire cracher à la figure par ceux qui aujourd’hui chient au palais de l’Elysée avant de passer leurs abjects vieux jours en train de se branler en contemplant le peuple français agoniser sous le poids de l’argent-roi.

     

    Répondre à ce message

    • Descartes « s’intéressait aux sciences occultes, en particulier aux écrits de Cornelius Agrippa et de Raymond Lulle (avril 1619). C’est proba­blement par ces deux hommes qu’il a pris connaissance des Manifestes rosicruciens. Ses écrits sont codés et il n’y a que les initiés Franc-Macs qui comprennent l’entreprise de démolition de Dieu par ce Descartes soi-disant Rationnel. Descartes nous oblige au saut du rationalisme à l’illuminisme. Donc non, Descartes ne révèlent rien de la grandeur de la France.

       
    • #3036438

      Je pense exactement l’inverse de ta conclusion :
      Je ne sais pas si la France mérite ses français actuels, mais je sais que les français n’ont que ce qu’ils méritent.
      Sachant cela, je sais aussi que les épreuves et surtout les souffrances ne sont pas forcément négative, tout dépend de comment elles sont prisent.
      Si c’est dans un perpétuel dénie de responsabilité, ou dans une prise de responsabilité de son propre sort, qu’ils soit individuel, familial, ou national ce sort.
      Les français méritent autant la macronie, que la macronie mérite les français. Tout au mieux cela aurait peut être, au mieux, pu être une mélanchonie à la place, mais je doute que cela aurait été beaucoup plus salutaire pour la France.
      À partir du moment où aucune leçon collective réaliste n’a été tirée de la mise à mort du roi comme porte drapeau, tout ne pouvait aller que de mal en pire, malgrès Napoléon et De Gaulle, comme résurgence morale du roi sacrifié sur l’autel du satanisme. Ça n’a pas suffit pour sortir massivement le peuple de sa bêtise prise pour de l’intelligence supérieure. Partant de ce constat, ce vide d’intelligence collective ne pouvait être remplie que par encore plus de corruption de l’intelligence pour guider ce collectif vers les abîmes, guidance vers les abîmes collectivement qui va en s’accélèrant, malgrés de véritables intelligences individuelles parmis ce collectif gravement abîmé.

       
  • Quand le patron de la force publique de la vrounze des supporters de Liverpool se vante de faire "les pipes et l’café" :
    "Je fais comme vous : une pipe contre un service" : Gérald Darmanin piégé par des militants
    https://fr.news.yahoo.com/fais-pipe...

    Les catégories d’Alain Soral sont parfaitement fonctionnelles jusque dans le fondement de ces larbins de l’oligarchie, c’est dégueulasse : Alain Soral a raison, respect, respect.

     

    Répondre à ce message

  • #3036592

    Contrairement à Kant, Hegel dit que la réalité est connaissable



    C’est vraiment là-dessus qu’ils s’opposent ? Hegel ne disait pas que Kant était trop timide et qu’il fallait aller jusqu’au bout et oser dire carrément qu’il n’y avait rien à connaître ? Et c’est ça l’idéalisme, non ? Nier complètement qu’il y ait une réalité en dehors de la pensée ?

    On sent comme une gêne à bien expliquer ce qu’est l’idéalisme de Hegel... Hegel ne s’oppose pas à Kant en disant qu’on peut connaître ce que Kant appelait inconnaissable, ils s’opposent parce que Hegel dit que cet inconnaissable auquel Kant était encore attaché n’existe même pas.

    Hegel nous dit qu’on peut être tranquille, qu’il n’y aura jamais plus de « retour du concret » : le concret ne reviendra jamais, c’est fini.

     

    Répondre à ce message

    • Oui cet aspect de "connaissabilité" c’est quand même un front important.
      Pour Hegel rien à connaître ? Au contraire, tout à connaître !
      Kant dit qu’il y a des limites, Hegel dit que le réel est intégralement connaissable.

      Intégralement connaissable ça ne veut pas dire qu’on peut "tout connaître tout de suite", mais ça veut dire qu’il n’y a pas de limite théorique à la connaissance. Pour Kant c’est comme s’il y avait un "mur de Planck", une résistance offerte par le réel à l’intelligence, aussi avancée soit-elle, et que derrière ce mur s’étendait l’empire mystérieux de la Chose en Soi. C’est un pur dualisme ontologique.

      Dire que le réel est rationnel ça veut dire que le réel est "tissé" par le concept et qu’il n’y a aucune enclave irrationnelle dans le réel... que le Logos l’a pénétré de fond en comble. Mais la rationalité du réel ne se dévoile qu’à la mesure de notre capacité à accueillir cette intelligence divine en nous... vaste programme !

      Pour Hegel l’inconnaissable existe donc en fait, mais non en droit.

      Aussi Hegel n’a jamais dit que réel n’existait pas. Ça c’est Fichte. Et par ailleurs il s’intéressait beaucoup au "matériel empirique" : ses commentaires sur l’art, la religion et même la science sont très informés.

       
    • Kant et Hegel sont aussi foireux l’un que l’autre car tous les deux enfermés comme tous les métaphysiciens dans la dualité Nature-Humain : Kant sanctifie la séparation nature | humain en disant que la Nature en soi n’est pas accessible et Hegel la dissout en décrétant que la Nature est Concept.

      La solution est triviale dès qu’on s’extrait de la dualité nature-humain : il n’existe pas deux catégories métaphysiques mais trois : celle de la Matière, celle de la Vie, celle de la Pensée. Chaque catégorie ne connait qu’elle même et fondamentalement est identique aux deux autres, sauf que le débit d’être n’est pas le même entre catégories : il est beaucoup plus rapide de construire une espèce vivante qu’un système planétaire et infiniment plus rapide de construire une idée qu’une espèce vivante.

      Du coup les idées bien que ne connaissant qu’elles-mêmes (idéalisme, sur ce point là Hegel a raison) vont avoir tendance à "mouler" les êtres des catégories précédentes pour la seule et unique raison que ces dernières "débitent de l’Etre" moins vite : il n’y a donc aucun lien interne ou métaphysique entre catégories, qui restent purement des monades : c’est trivial en fait mais cette trivialité est invisible quand on est enfermé dans la dualité Nature-Humain comme l’est toute la Métaphysique, pour ne pas dire toute la Philosophie.

      (après il faut un modèle des êtres qui portent les catégories -par ex. l’espèce humaine porte la Pensée ou l’ADN porte la Vie- et effectuent le découplage causal entre catégories mais il n’y a vraiment pas la place ici)

       
  • #3036666
    Le 26 septembre à 15:53 par envoyez le Charles de Gaulle
    Clefs de lecture #15 – Commentaires sur la Phénoménologie de l’Esprit de Hegel (...)

    Bonjour M. Ridal, votre livre est-il destiné à être distribué par Delga ou Kontre Kulture, pour savoir si je le fais imprimer, merci !

     

    Répondre à ce message

  • Pour qui s’intéresse sérieusement à la pensée, au réel et à sa perception, il faut aussi (et surtout) lire Henri Poincaré. Le discours se "limite" certes à la science, mais là on est vraiment dans le dur de la philosophie de la connaissance. Pour qui prétend manier le concept, on ne peut pas sérieusement faire l’impasse sur La Science et l’Hypothèse ainsi que La Valeur de la Science. Un bon nombre de jargonneurs rentreraient à la niche dès les premières pages.

     

    Répondre à ce message

  • #3037743

    C’était excellent comme d’habitude. Juste une petite remarque que je me permets , je ne sais pas si d’autres auditeurs pensent comme moi ? Mais moins de 15 minutes pour traiter de tels sujets c’est trop beaucoup trop court. On a le sentiment après écoute de n’avoir qu’éfleuré toute la réflexion c’est dommage.

    entre 30 et 45 minutes ca serait parfait !

    Encore merci pour tout le travail fourni. Hâte d’entendre la suite.

    Cordialement

     

    Répondre à ce message